A la découverte de Bylliane

Capture d’écran 2015-01-21 à 10.39.11

Bylliane à la conquête du temps qui passe…

L’équipe de DVM Production est heureuse de vous faire découvrir à travers ces quelques lignes , le talent d’écriture de Bylliane

Parlez nous de vos activités d’auteur ?

J’ai commencé en 2009 à écrire des chansons lorsque j’ai rencontré Kévin Sainclair, un compositeur, qui m’a aidé à comprendre que je suis auteur-compositeur. Tout de suite, j’ai écris des chansons pour enfants et c’est ainsi que j’ai enregistré mon premier album « Les elfes en fêtes » avec lui au piano. De là, j’ai continué à écrire des chansons jusqu’au jour où j’ai rencontré Karine Ayello, chanteuse interprète, à qui l’on a proposé avec Hartmann Abbey, un ami co-auteur, de lui écrire un album.

p1370692Ce qui n’était pas prévu, c’est qu’en cours de route, dans la joie de faire son premier album, elle a écrit sa première chanson ! Moi qui ai eut tant de mal à trouver ma voie d’expression, je ne pouvais ni ne voulais lui imposer mes mots, c’est pourquoi, je l’ai poussé à écrire les siens. C’est ainsi qu’à travers sa rencontre, j’ai compris que je peux enseigner aux autres l’écriture des chansons.

Parallèlement, j’écris toujours et la quantité de chansons que j’écris m’ayant dépassé, j’ai entrepris d’écrire pour les autres. C’est ainsi que j’ai pris une bande dessiné d’Astérix et commencé à en imaginer les chansons puis les dialogues. Puis, j’ai inventé mes propres histoires pour y rajouter chansons et dialogues que j’écris ou co-écrit !

Quels sont vos thèmes de prédilections ?

Je dirai que j’apprécie n’importe quel thème du moment que je puisse le traité avec humour. Sauf peut être, la guerre. En effet, je me suis tellement battu avec moi-même pour trouver ma voie d’expression, que j’ai beaucoup de mal à traiter les thèmes relatifs à la violence. Cela doit bien être pourtant possible puisque Gérad Oury l’a fait, par exemple, avec « La grande vadrouille ». Pour moi, ce sera peut être pour plus tard !

p1370662Vous avez bcp de  cd à votre actif ?

Oh, j’en suis au tout début : J’ai enregistré mon premier album pour enfant « les elfes en fêtes » avec les voix de mes enfants et de mes nièces petites qui m’accompagnent – un beau souvenir car depuis, leurs voix ont muées – et celui de Karine Ayello « J’te dis tout » pour lequel j’ai été un peu la  « maman » de l’album. Le titre phare, du nom de l’album est d’ailleurs sur Youtube. C’est un texte qu’elle a choisi parmi tous ceux que je lui ai proposé.

D’où vous vient votre facilité d’écriture ?

Ah ! C’est une longue histoire : Comme je vous l’ai dit, je me suis battue pour trouvé ma voie d’expression : c’est-à-dire qu’enfant, à l’âge de 3 ans,, ma maîtresse a décidé de faire de moi une droitière en me tapant sur les doigts. Du haut de mes 3 ans, je ne l’ai pas laissé faire mais ce fut au prix d’une sorte de carapace que j’ai installée et qui m’a protégée. Celle-ci m’a permis de rester gauchère mais m’a empêchée d’apprendre correctement à écrire. En effet, dès que je suis arrivée en primaire, je ne pouvais porter mon attention sur mon écriture car elle m’en avait détournée et je faisais beaucoup de fautes d’orthographes. Plus tard, les thérapies, notamment l’hypnose et la somato-psycho-pédagogie dont je me suis faite praticienne m’ont permis de lever l’armure devenue obsolète.

Et depuis, mon écriture est comme une source intarissable qui me réveille la nuit si je n’écris pas le jour. Vous voyez, ça devait être important ma main gauche  pour que je décide de  refuser de grandir !

Vous écrivez pour des projets originaux ? Comme notamment des chansons de marins, ce n’est pas banal ?

Oui, tout d’abord, j’ai écris pour moi puis avec et pour Karine, puis pour des projets plus larges comme une comédie musicale pour enfant autour d’une histoire crée de toute pièce avec Hartmann Habbey.

Mais, habitant au bord du bassin d’Arcachon, cela m’a semblé une évidence d’écrire pour la mer dont j’apprécie la présence.

Par ailleurs cela m’a permis d’écrire sur des thèmes concrets et réels, comme « La mer poubelle » ou une chanson en hommage à Monsieur Eric « Tabarly » ou sur des thèmes plus légers comme « la pêche aux coques » ou « La turlutte » – ne vous y trompez pas, c’est le nom de la pêche à la seiche « la turlutte ». étant le nom de l’appât – … ça m’a aussi permis de rencontrer de nouveaux amis , musiciens et auteurs, comme Jake ,à qui j’ai appris l’écriture de chanson comme à Karine, et qui participe à ce projet de chansons de marins.

Vous avez un site web ?

Oui, vous pouvez me découvrir et me contacter sur mon site : bylliane.fr

p1370665

Publicités

Publié le septembre 9, 2016, dans Actualités. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :