Epoustouflant : Emmanuel Saint Laurent

Logo Dvm Production Face C’est le 18 décembre 2001 que disparaissait le chanteur Gilbert Bécaud laissant derrière lui, l’un des plus fabuleux répertoire de la chanson française.

Au cours de sa carrière, il se produit trente-trois fois sur la scène de l’Olympia, où il gagne son surnom de « Monsieur 100 000 volts » en raison de son sens du swing, à cause des passions qu’il soulevait dans son sillage et de ses fans qui, souvent, cassaient par enthousiasme les fauteuils. Il laisse l’image d’un homme électrique, toujours en mouvement. Sa cravate à pois, ses quelques quatre cents chansons et sa main sur l’oreille (pour être sûr de chanter juste) sont d’autres images spécifiques qui ont marqué les esprits.

1475917_778311872185190_1664973114_nL’artiste Emmanuel Saint Laurent a travaillé durant quatre années avec Gilbert Bécaud et ne tarit pas d’éloges encore aujourd’hui pour celui qu’il considère à juste titre comme son maître. De spectacles en tournées, Emmanuel a côtoyé au quotidien le grand Gilbert et ses yeux scintillent, quand il évoque les anecdotes qu’il a vécues avec son ami.

C’est donc tout naturellement que ces 20 et 21 décembre 2013, à l’occasion de l’anniversaire de la disparition de Gilbert Bécaud, un hommage scénique lui fût rendu par Emmanuel Saint Laurent dans les locaux de « Label Zik » situé à Fexhe-le- haut-clocher en province de Liège. Une interprétation soignée et personnalisée de quatre décennies musicales du célèbre porteur de la cravate à pois. La mise en scène révélait toute l’expérience du métier d’Emmanuel .

Deux heures trente de récital, accompagné sur scène par ses musiciens, (Samuel à la flûte et à l’harmonica, Christian à la guitare basse et Olivier à la guitare acoustique) tandis qu’Emmanuel Saint Laurent alternait les titres tantôt au piano, tantôt à la guitare. La salle affichait complet durant les deux jours et le public ravi reprenait en choeur les plus belles mélodies de Gilbert Bécaud.

Moment d’émotion intense, quand Emmanuel interpréta « l’absent » et « L’indifférence » l’hommage atteignait son paroxysme et le public réserva à l’artiste une « standing ovation » bien méritée.

Publicités

Publié le décembre 22, 2013, dans Actualités. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :